MOT DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL : De la Société dans le monde – Le pouvoir transformateur de l’anthroposophie

MOT DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL : De la Société dans le monde – Le pouvoir transformateur de l’anthroposophie

Chers membres et amis de la Société anthroposophique au Canada,

La fraîcheur vivifiante de l’air et le parfum des feuilles mortes viennent nous annoncer que nous entrons encore une fois dans ce moment privilégié du cours de l’année. Dirigeant notre regard sur le paysage, nous sommes émus devant la luminosité des teintes dorées et rouge feu des érables qui couvrent le sol de leurs étoiles à cinq branches. Nous entendons le cri des bernaches qui entament leur voyage migratoire. Nous imaginons les troupeaux de caribous sillonnant la toundra et les baleines qui se déplacent le long de nos côtes en route vers le sud.

Partout où nous tournons notre regard, nous voyons des mouvements d’une grande complexité, des gestes larges et imposants qui recouvrent la surface de notre terre. Nous pouvons imaginer le flux implacable des tempêtes hivernales qui viendront bientôt du nord. Et cette agitation se voit aussi dans l’activité effrénée des écureuils qui cherchent à assurer leurs réserves de provisions pour l’hiver. Or, en contemplant tout cela, nous sommes frappés par la largesse, la générosité de la nature. En effet, elle accorde ses richesses à tous, partageant sans distinction ses préparatifs pour l’arrivée de la nouvelle saison.

 

Nous pouvons également diriger notre regard sur un monde parallèle, le monde que l’humanité a appris à imaginer. Nous créons des lignes invisibles sous le manteau ininterrompu des feuilles mortes. Nous imaginons des frontières et des limites qui sont imperceptibles pour l’écureuil dans son activité effrénée, pour la bernache dans son vol, pour le troupeau de caribous dans son déplacement. Nous cultivons une manière de voir qui veut morceler la nature, qui veut découper l’ensemble pour en faire des entités invisibles que nous ne pouvons ni voir ni toucher – mais que nous dotons d’une profonde signification. Nous nous sentons rattachés à ces lignes invisibles; nous nous identifions en fonction d’elles; nous nous sentons profondément liés à ces incisions abstraites pratiquées sur la surface de la Terre. Nous nous étonnons devant le fait que ces divisions ne produisent aucun effet sur la nature, elle qui prodigue indifféremment ses trésors sans tenir compte de ces frontières. Le blanc manteau d’hiver s’avance sans se soucier de nos démarcations imaginées.

 

L’innocence de la nature nous touche profondément. La certitude avec laquelle elle s’aligne sur les mouvements de l’année – suivant de près le retrait du soleil, s’orientant selon le cours du zodiaque. Son indifférence par rapport à tout ce que nous tenons pour essentiel peut nous laisser désorientés.

 

Vers la fin de sa vie, à Vienne, au cours de ce qui allait être le dernier de ses congrès pour marquer la fête de la Michaëlie, Rudolf Steiner a parlé aux amis présents alors de ce remarquable processus qui a lieu à l’automne. Il a fait remarquer que depuis 400 ans, nous avions cultivé cette conception « disséquante » du monde. Nous dirigeons notre regard discriminatoire vers notre milieu environnant et nous percevons des définitions, des démarcations, au lieu de contempler la totalité, l’intégralité. Il a continué par décrire comment, lorsque nous contemplons un lis, notre regard prend la nature en otage. Avec une exactitude écrasante, nous classifions le lis selon son genre et son espèce, mais, en ce faisant nous nous séparons de l’essence de son être.

 

Pour contrer cette vision du monde, nous pouvons nous sentir émus par le modèle que nous fournit Rudolf Steiner, une vision qui éveille en nous une perception du monde qui est entièrement nouvelle. La vision anthroposophique transforme les limites pour en faire des seuils. L’anthroposophie bâtit des ponts, ouvre la porte qui nous permet de prendre conscience des séparations que nous créons.

 

Lorsque pendant la Première Guerre mondiale l’Europe sombrait dans un terrible chaos de division et de séparation, à Dornach une intentionnalité alternative a été cultivée. Des individus provenant de plusieurs des pays en guerre se sont réunis pour rencontrer le monde avec des forces d’une tout autre nature. Animés d’une vision michaélique de l’être humain, ils ont créé pendant que le monde qui les entourait s’écroulait. Au sein d’un monde en train de se réduire en cendres, ils ont bâti, érigeant le premier Goethéanum. Il est d’une profonde signification qu’ils aient réussi à incorporer dans le tissu de l’Europe en désintégration des forces consacrées à une création collective. Grâce à leur puissante force de volonté, grâce à leurs actes, ils ont œuvré par-delà des séparations. Ils ont démontré comment l’anthroposophie a la force de créer des ponts.

 

Nous vivons à nouveau à une époque où de puissantes forces sont à l’œuvre pour essayer d’envahir nos perceptions, éveillant ainsi en nous des sentiments de peur et d’anxiété. Elles visent à endurcir le processus qui consiste à dresser des barrières entre les êtres humains, un processus qui finit par nous emprisonner en nous-mêmes.

 

Dans les conférences qu’il a données à Vienne lors de la Michaëlie, Rudolf Steiner nous a demandé de dépasser les limites de notre actuelle vision du monde, d’aller au-delà de la tyrannie des frontières; il nous a enjoints à entreprendre des processus qui transforment les barrières pour les reconnaître comme étant des seuils, nous amenant ainsi vers une véritable rencontre entre êtres humains et simultanément vers une rencontre avec la nature elle-même. À mesure que nous cultiverons ces capacités, notre monde deviendra de plus en plus transparent. L’essence même de ce que nous portons à l’intérieur de nous-mêmes deviendra partie intégrante de l’environnement partagé par toutes les âmes. C’est ce que veut dire vivre l’anthroposophie. Ce cadeau de l’anthroposophie que nous portons en nous sert de préparation à cette tâche orientée vers l’avenir. Des forces adverses veulent nous empêcher de jouir de ce cadeau.

 

Face à l’urgence dans laquelle nous nous trouvons à l’heure actuelle, pouvons-nous percevoir ce que le monde nous demande d’accomplir?  Ouvrir les portes de l’âme, bâtir des ponts spirituels – c’est cela vivre l’anthroposophie. Et en pratiquant cette vie, nous transformons cet élément essentiel qu’ont en commun la géographie de l’âme, celle de la nature, et celle de l’humanité tout entière.

 

Je vous envoie mes salutations chaleureuses,