RECHERCHE D’UN DIRECTEUR POUR LE PROJET DE TRAVAIL AUPRÈS DES DÉTENUS

RECHERCHE D’UN DIRECTEUR POUR LE PROJET DE TRAVAIL AUPRÈS DES DÉTENUS

Le travail anthroposophique auprès des détenus effectué par Anthroposophical Prison Outreach Canada(APOC) en est encore à ses balbutiements. Nous avons envoyé des affiches et des exemplaires de deux livres – l’Initiation, ou comment acquérir des connaissances des mondes supérieurs, et Théosophie– à aux bibliothèques de tous les établissements carcéraux au Canada. Nous avons également fourni des trousses d’information aux quelques détenus qui ont répondu à notre invitation. Nous avons dressé la liste des ouvrages disponibles pour les détenus qui désireraient profiter de notre bibliothèque de prêt. Nous avons préparé un guide pour les personnes qui voudraient animer des séminaires de 7 semaines sur les 6 exercices supplémentaires dans le cadre d’un établissement carcéral. Nous enverrons sous peu un troisième volume dans les prisons fédérales ainsi que quelques infolettres publiées par notre organisation homonyme aux États-Unis.

Toutefois, nous sommes arrivés maintenant devant une sorte de croisée des chemins. Pour être en mesure de faire avancer le travail commencé et pour continuer de développer des liens plus significatifs avec les détenus, il va falloir communiquer souvent par téléphone et par courriel avec les administrateurs, aumôniers et bibliothécaires des prisons. Cela va demander un engagement régulier pendant la semaine de travail (du lundi au vendredi). Malheureusement, ce genre d’engagement n’est plus envisageable pour l’actuel directeur du programme, Tim Nadelle, qui exerce à temps plein une carrière exigeante.

Par conséquent, l’APOC est à la recherche d’un individu prêt à assumer le rôle de directeur du projet. Il s’agit d’un poste bénévole, car l’APOC n’a pas de fonds pour engager du personnel à temps plein. Parmi ses responsabilités, le directeur doit continuer à construire et partager une vision future pour le projet, voir à son bon fonctionnement, prendre les décisions stratégiques, et assurer la communication avec les administrateurs des établissements carcéraux. Ces responsabilités pourraient inclure également le besoin d’agrandir le cercle assez restreint des supporters de cette initiative. Il faudra souvent mettre la main à la pâte, retrousser les manches, acheter des timbres, imprimer des étiquettes, mettre des colis à la poste. Un engagement bénévole de 10 heures par semaine serait probablement suffisant.

Voilà donc une possibilité de donner accès à l’anthroposophie à quelques-uns des membres les plus marginalisés de notre société et – qui sait? –  apporter des changements positifs dans la vie de ces individus. Nos collègues aux États-Unis œuvrent maintenant depuis presque 20 ans et ont aidé des milliers de détenus à trouver de l’inspiration et un chemin vers un avenir plus prometteur. Si vous vous intéressez à en apprendre davantage sur ce rôle de directeur, veuillez contacter Tim Nadelle. Son courriel est : tnadelle@yahoo.ca.  Ou bien vous pouvez contacter l’administrateur de la Société anthroposophique, Jef Saunders, qui vous mettra en rapport avec Tim