DÉCÈS: Arthur Edwin Osmond 3 octobre 1947 – 30 novembre 2021. Par Susan Koppersmith

DÉCÈS: Arthur Edwin Osmond 3 octobre 1947 – 30 novembre 2021. Par Susan Koppersmith

Arthur Osmond

Il y a quelques années, lors d’une visite en Nouvelle-Écosse, le président de notre Société, Micah Edelstein, m’a invité à un groupe d’étude chez des anthroposophes de longue date, Arthur et Margaret Osmond, qui vivaient à Dartmouth, juste en face du port d’Halifax.

 

La maison des Osmond était près du lac Oathill tout près de la maison où j’avais passé mes premières années d’adolescence. A l’époque une forêt dense entourait le lac. Une grande partie de cela a maintenant été remplacée par des maisons unifamiliales avec des jardins et des arbres – un environnement différent, mais agréable tout de même. Arthur et Margaret vivaient dans l’une de ces maisons. Ils m’ont invité à dîner et à participer à un groupe d’étude par la suite. Nous avons mangé notre repas à une grande table ronde placée près d’une baie vitrée là où le salon serait normalement dans une maison. Cet espace semblait spécialement créé pour accueillir les invités et partager de la nourriture ! Derrière la table et contre le mur, il y avait un canapé et des chaises où nous nous sommes réunis pour étudier.

 

Arthur est né aux États-Unis et a passé 35 ans au Royaume-Uni. Lui et Margaret ont vécu et enseigné à Kings Langley, près de Londres. Margaret est eurythmiste ainsi qu’Arthur, qui était également professeur de classe Waldorf avec des talents particuliers pour enseigner le jardinage, la religion et mettre en scène des pièces de théâtre scolaires pour les classes élémentaires. Lors de ma visite, Arthur menait la Première Classe pour la Nouvelle-Écosse. Il se levait tous les matins juste après 3 heures du matin pour faire sa méditation et ses exercices d’eurythmie. Ensuite, il voyageait pour être à temps pour son quart de travail à 5 heures du matin chez Pete ‘s Frootique, une épicerie et un traiteur haut de gamme à Halifax où il a travaillé à temps plein comme commis aux produits. Il y était connu sous le nom d’Arthur, le roi des produits bio, car il utilisait toutes les occasions pour promouvoir les aliments biologiques.

 

J’ai demandé à Margaret : « Pourquoi votre famille a-t-elle déménagé à Dartmouth de Kings Langley ? Pourquoi passer d’un centre d’anthroposophie à une ville dans un nouveau pays à des milliers de kilomètres sans école Waldorf et avec peu d’activité anthroposophique ? »  Elle a répondu que c’était à cause de la « lumière ». Cela m’a semblé étrange, car je n’avais jamais pensé que Dartmouth possédait un cachet spécial. Elle a dit qu’elle, Arthur et leur fille, Dee, avaient visité Dartmouth plusieurs années auparavant.  Sa sœur y vivait et ils avaient toujours voulu visiter les Maritimes. Lors de cette visite ils avaient remarqué et apprécié la qualité de la lumière autour des collines de Dartmouth et des nombreux lacs.  Ils sont retournés à Kings Langley en pensant qu’ils oublieraient cette partie du monde et que la vie continuerait comme d’habitude en Angleterre. Mais ce n’était pas le cas. Les charmes de Dartmouth ne cessaient de leur revenir à l’esprit et, après un an, en 2008, ils ont décidé de déménager définitivement en Nouvelle-Écosse.

 

Lors de ma visite, les Osmond et moi avons parlé de beaucoup de choses, y compris de notre Société anthroposophique. Je suis repartie reconnaissante du fait, qu’à cause de la fraternité que nous partageons et qui nous unit au sein de la Société je peux rendre visite à des membres de la Société à travers le Canada et être chaleureusement accueillie.

 

Plusieurs années plus tard, au mois d’octobre dernier, lors d’une nouvelle visite en Nouvelle-Écosse, je me suis de nouveau

lac Oathill

retrouvée chez les Osmond. Avant mon arrivée, Margaret m’avait laissée savoir qu’Arthur avait développé la démence. Il perdait lentement la mémoire et avait été officiellement diagnostiqué deux ans plus tôt. Je suis arrivée par une chaude journée ensoleillée ; nous avons déjeuné tranquillement, puis fait une longue promenade autour du lac Oathill.  Pendant que Margaret et moi échangions des nouvelles, Arthur restait à proximité, nous regardant avec des yeux qui dégageaient une grande chaleur et une grande connexion. Si nous lui posions une question, il répondait par une réponse simple.

 

Je suis revenue à Vancouver avec l’idée d’écrire à propos de mes amis de Dartmouth pour la série « Meeting One Another » dans le bulletin électronique de notre Société. Au début du mois de décembre j’ai reçu un courriel de Margaret m’annonçant qu’Arthur avait franchi le seuil de la mort de manière inattendue le 30 novembre.

 

Lors d’un appel téléphonique avec elle, j’ai appris que ce mardi-là, elle et Arthur avaient passé une journée normale – des courses à pied pour l’épicerie par une journée très froide. Après le dîner, il semblait malade, alors avec Arthur à ses côtés, elle téléphona à une infirmière qui questionna l’étrange gargouillement qu’elle entendait à l’autre bout du fil. Réalisant que cela venait d’Arthur, elle a fait venir une ambulance immédiatement. Margaret demanda à Arthur s’il avait un peu peur ; il hocha légèrement la tête. Est-ce que quelque chose lui faisant mal ? Il secoua la tête.

 

Deux jeunes ambulanciers sont arrivés.  Arthur était toujours assis sur sa chaise devant la fenêtre. Ils l’ont branché à un moniteur cardiaque. Quelques instants plus tard, Arthur leva les yeux, tourna la tête en arrière vers la fenêtre et les étoiles qui brillaient de mille feux derrière lui. Il expira doucement et disparut. Les ambulanciers se regardèrent avec étonnement. Margaret a dit qu’il n’y avait eu ni peur ni lutte ; c’était comme si une porte s’était soudainement ouverte pour lui et il s’y était glissé. Leur fille, Dee, est arrivée peu de temps après. Elles lui tenaient chacune une main et lui racontaient des histoires de sa vie et exprimaient leur appréciation pour le mari et le père aimant qu’il avait été.

 

Quelques jours plus tard, Margaret a organisé un mémorial pour Arthur au salon funéraire local avec un arbre de Noël garni de roses, des paroles de l’Évangile de Saint-Jean et une bougie de l’Avent dans une pomme pour chacun des invités. Elle sentit que le partage de ces coutumes, qui lui venaient si facilement, toucha profondément les personnes de la maison funéraire ainsi que les invités qui n’avaient jamais connu ces traditions auparavant.

 

Tous ceux qui ont connu Arthur ont reconnu son sens moral, son courage et son enthousiasme pour de nouveaux projets. Sa volonté bien développée pouvait dominer certains qui sentaient qu’ils devaient prendre du recul pour garder leur propre centre. Pour Margaret, Arthur était un esprit imposant enfermé dans un corps qui avait connu les ravages de la maladie. Dans sa jeunesse, il avait contracté la polio et l’avait surmontée, même si les séquelles persistaient.

 

Un thème constant dans la vie d’Arthur était « l’amitié ». À 11 ans, il avait été choisi comme délégué pour rassembler des enfants du monde entier en Écosse et trouver des idées pour promouvoir l’amitié mondiale. Plus tard, lorsqu’il a rejoint notre Société, il voulait faire partie d’une organisation tournée vers l’extérieur qui promouvait la fraternité.

Arthur & Margaret

Margaret a partagé que, « miraculeusement », elle ne ressent pas un grand chagrin avec le décès d’Arthur. Il est

continuellement avec elle et elle est déterminée à poursuivre son impulsion de cultiver des amitiés à l’intérieur et à l’extérieur de notre Société.  Elle souligne qu’ « il faut bien prêter attention à ses amitiés. Elles mènent toujours quelque part.  Elles ont un destin précis. »