Mon histoire et celle du Myriad Village dans le Manitoba

Mon histoire et celle du Myriad Village dans le Manitoba

Cela a toujours été mon rêve de pouvoir vivre en harmonie avec la nature.

J’ai grandi à la campagne, dans le nord de l’Allemagne, où j’ai pu jouer tous les après-midi dans les champs et les forêts. C’est au début de la vingtaine que j’ai connu l’anthroposophie, qui proposait des réponses aux grandes questions sur le monde que je portais depuis longtemps. Sur mon parcours j’ai étudié la peinture, la sculpture et l’eurythmie; je suis devenue professeur Waldorf et ai participé activement à la Section des Jeunes.

Les deux grands leitmotivs de ma vie ont toujours été d’un côté, ma préoccupation avec l’environnement, et de l’autre côté mon rapport profond avec les arts et avec l’anthroposophie.

En 2008, lors d’un congrès au Goethéanum, j’ai eu le bonheur de connaître Ibrahim Abouleish, le fondateur de la communauté Sekem en Égypte. C’est à partir de ce moment que j’ai eu la certitude qu’il était possible de créer une communauté qui vive en harmonie avec la nature, vivifiée par les arts, par la pédagogie Waldorf et la pratique de l’agriculture biodynamique, et qui fonctionne selon les principes d’une vie économique saine.

En 2012, j’ai senti que quelque chose me guidait vers le Canada. Après avoir passé quelque temps à voyager, à enseigner et à faire de l’eurythmie sur scène, je me suis installée à Winnipeg. Il n’y avait pas d’institutions anthroposophiques ni d’école Waldorf dans les alentours, mais je me sentais néanmoins à ma place, ici, au centre même de ce vaste pays. C’est comme si le paysage appelait à l’aide, et j’avais le sentiment que je pouvais l’aider à guérir.

Dans ma nouvelle communauté, j’ai donné des cours d’eurythmie et rencontré des gens qui s’intéressaient à la pédagogie Waldorf et qui avaient l’habitude de fréquenter des événements « alternatifs ». Très rapidement, je me suis fait beaucoup de nouveaux amis, dont bon nombre se préoccupaient comme moi de la santé de l’environnement. De 2014 à 2018, j’ai tenu un petit jardin d’enfants à domicile, histoire de répondre aux besoins de la communauté locale et de gagner ma vie.

À l’été 2019, une page Facebook appelée « Manitoba Ecovillage Currently Forming », a été créée annonçant l’intention de créer un village écologique.

On a fixé des réunions auxquelles beaucoup de gens bien intentionnés sont venus – beaucoup d’enthousiasme, beaucoup de conversations! Mais il est devenu clair assez rapidement que rien n’allait se réaliser si quelques-uns parmi nous ne décidaient pas de prendre les choses en main, passer par le chas de l’aiguille, pour créer une fondation légalement reconnue. Un noyau d’individus s’est constitué, comprenant entre 3 et 8 personnes qui ont travaillé d’arrache-pied pendant les week-ends, y consacrant un nombre incalculable d’heures, pour enfin voir naître une entité légale : Myriad Village Marketing Coop.

Nous avons reçu d’emblée un don fort généreux. Et comme le coût de l’achat d’un terrain était ainsi couvert, nous pouvions commencer tout de suite à former une coopérative. En vous épargnant les multiples détails du processus, je peux néanmoins vous avouer que la chose s’est avérée beaucoup plus fastidieuse que nous ne le pensions.

Nous sommes maintenant enregistrés officiellement comme « coopérative marketing ». Nous avons rédigé notre mission et énoncé notre vision, produit les procès-verbaux de nos réunions depuis mars 2015, et entrepris des recherches fouillées pour trouver un terrain qui pouvait convenir à notre projet. Nous avons baptisé les chercheurs de terrain « The Land Hounds » (Les chiens de chasse du terrain).

Ces « chiens » ont visité d’innombrables propriétés partout dans le Manitoba. Nous avons fini par choisir le terrain que nous appelons Myriad Village. Il est situé à une heure de route de Winnipeg, à 20 minutes à l’ouest de Gimli, et à distance de marche de notre cher Lac Dennis, débordant de faune et de flore; on y trouve des carouges à épaulettes, des grues, et bien d’autres espèces.

Nous avons repéré notre voisin, un castor, et sa tanière impressionnante au milieu de l’étang. Les faucons font entendre leurs cris séculaires; les pistes de wapitis, de coyotes et de tétras témoignent de la grande diversité du paysage.

Mais il nous reste encore tant de choses à faire!

Nous avons besoin de gens qui veulent nous aider à construire des habitats écologiques. Notre cotisation « pioneer membership » est fort raisonnable tout en offrant aux membres la possibilité de s’impliquer au niveau des campagnes destinées à ramasser les fonds dont nous avons tant besoin. L’endroit est bien situé, à l’abri des inondations et des tremblements de terre. Il offre des terres arables qui conviennent à l’horticulture et à la culture de céréales à petite échelle, ainsi qu’à la rotation du bétail. La forêt d’une superficie de près de 60 hectares renferme plusieurs concentrations de chênes et de peupliers. Au milieu du paysage on trouve également des concentrations de noisetiers et des zones humides qui conviennent parfaitement à l’aquascaping. Il ne s’agit pourtant pas d’un terrain vierge intouché. Il a été exploité jadis, puis abandonné, et ensuite exploité de nouveau.

Nous sommes enthousiastes en envisageant la gamme de possibilités qui s’ouvre devant nous au niveau du développement et de la construction d’écohabitations du type « earthship ». Venez donc nous rejoindre au mois de juin pour participer aux ateliers suivants :

 

Atelier de construction : Earthship Building Workshop à Myriad Village

 

Venez apprendre comment construire une maison type « earthship »,  la construction d’une habitation à système solaire passif utilisant des matériaux recyclés; des activités pratiques animées par des maîtres constructeurs.

Atelier 1 : Du 3 au 8 juin : comment marteler les pneus – isolation – fenêtres de serre – préparation d’un mur de pneus pour le toit

Atelier 2 : du 10 au 15 juin : construction du toit – bassin hydrographique – fenêtres – construction de murs à partir de bouteilles récupérées

Frais : 350$ par atelier*(comprend 3 repas quotidiens, 80% biologiques)

*Un coût de seulement $150 pour le deuxième atelierestoffert àceux qui s’inscrivent aux deux ateliers.

Des possibilités de camping avec commodités (eau, toilettes)

Pour vous inscrire ou pour obtenir de plus amples renseignements :

vida-monika@outlook.com

ou téléphoner :  204-430-6943

Monika Pudelko, avec l’aide de Susan Koppersmith