COMPTE RENDU : EURYTHMIE AU BORD DE LA MER EN NOUVELLE-ÉCOSSE

COMPTE RENDU : EURYTHMIE AU BORD DE LA MER EN NOUVELLE-ÉCOSSE

« Où mène la route…? »

À la Nouvelle-Écosse ! 

Quelle magnifique sensation que de pouvoir se retrouver encore une fois dans un cercle avec d’autres ! L’eurythmie nous apporte tant de chaleur et de forces. Notre isolement se transforme en plénitude… une image de l’éternité !

« Eternity » est le nom du programme artistique qui nous a été offert ici à Seaforth et à la South Shore Waldorf School par Marjorie Taliano-Nordas (eurythmiste) et Richard Lalonde (musicien). Tirant son inspiration d’un verset composé par la première femme ordonnée comme prêtre de la Communauté des chrétiens en Angleterre, « L’éternité » est le thème qui nous a portés durant tout l’événement.

« Plus loin que l’œil peut voir… »

Nos invités sont arrivés à trois heures du matin, fatigués d’un long voyage, leur vol ayant été réacheminé via Toronto. Ils avaient réussi à tasser l’ensemble de « l’Éternité » dans leurs bagages de cabine : robes et voiles d’eurythmie, musique, flûtes et pipeaux irlandais. À peine arrivés, ils devaient se mettre à répéter, repasser les costumes, synchroniser nos duos en eurythmie et finaliser le programme. Et en plus, il fallait répéter avec nos récitants.

« Comment y arriverons-nous? »  Les artistes invités ont vite fait d’apprendre à naviguer la route tortueuse qui mène à notre demeure, où les activités allaient se dérouler. Mais les locaux prévus pour les ateliers d’eurythmie se trouvent sur la côte est et également sur la côte sud de la Nouvelle-Écosse ! Les merveilleuses âmes qui forment la communauté de l’école Waldorf sont venues à la rescousse, nous transportant ci et là. Ce geste collectif de porter les journées d’eurythmie en tant que communauté entière a été fort touchant. Marjorie et Richard se sont montrés particulièrement reconnaissants.  

« Où est-ce que le flot aboutit ? »

« Dans la mer lointaine… » 

C’est comme si nous recueillions les fragments d’un rêve – cette initiative a pris de l’ampleur. D’une pensée fugace, elle s’est transformée en idéal, et finalement en événement ! Marjorie, Arthur et moi-même avions fréquenté, il y a de cela plusieurs décennies, la même école d’eurythmie, et par la suite, lorsque nous nous sommes revues, Marjorie a exprimé son rêve de revoir la Nouvelle-Écosse, qu’elle avait connue dans sa jeunesse. Elle se souvenait de la plage située à côté de notre salle Seaforth. 

Nous partageons toutes les deux une passion : celle de promouvoir l’art de l’eurythmie au Canada. Or, grâce à la Société anthroposophique au Canada et la Branche de la Nouvelle-Écosse, et une « cagnotte » destinée à la promotion de l’eurythmie, le rêve a pu se réaliser « dans la mer »… à côté des vagues de l’Atlantique. Une nouvelle salle de l’école Waldorf, avec des fenêtres aux lignes courbes, des coins sculptés et un plafond haut comme un ciel, donnerait  à n’importe qui envie d’y faire de l’eurythmie. L’endroit était parfait. 

« Jusqu’où le temps s’étend-il ? 

Jusqu’à l’Éternité ! » 

Tout au long des trois jours d’ateliers, Richard a fourni un accompagnement magnifique, d’une grande sensibilité, alors que Marjorie nous a fait exécuter des gestes souples et fluides et nous a exposé les bases de l’eurythmie musicale.  Parents, professeurs, et amis ont participé avec enthousiasme. 

Les spectacles d’eurythmie ont débuté avec des duos de flûte extraits de « La Flûte enchantée » entre autres. Ensuite, Marjorie a changé plusieurs fois de robe pour offrir des solos d’eurythmie musicale… et j’ai fait quelques apparitions moi-même ! 

Dans le temps de le dire, l’activité a tiré à sa fin. Et pourtant, les souvenirs de l’événement ne se sont pas estompés. Leur flux et reflux continue; et qui peut dire où cela nous mènera ? Jusqu’à l’éternité ? 

Margaret et Arthur Osmond,

Eurythmy-by-the-Sea/Shore.